La jeune fille qui grimpait aux arbres

Spectacle jeune public de Valeria Emanuele – ( En création)

La jeune fille qui grimpait aux arbres

Coproduction Compagnie les têtes de bois et Domaine d'O. 
Partenaires La Région Occitanie, l'école de cirque Balta-zar.

L’équipe

« Marelle »(La jeune fille) : Julie Bertho

Décors : hélène Harvard

Création lumières : Gabriel Bosc

Création musicale : Pierre Bernon

Costumes  Celine Arrufat & Sonia Sivel

Illustrations  Roberta Angeletti

 

« Lassée des conflits avec sa famille, la jeune fille décide de se réfugier dans un arbre, de s’y construire un nid douillet. La haut elle va découvrir la nature, les animaux qui la peuple et leurs étranges histoires au fil des saisons. Elle va aussi découvrir sa famille et la société sous un angle nouveau… »

Le texte adapté aux enfants de 6 à 11 ans, et très librement inspiré du baron perché d'Italo Calvino, 
sera écrit par Valeria Emanuele dans un langage à la portée de cette tranche d’âge, 
mêlant philosophie, poésie et humour.


 

Note d’intention

En montant cette pièce, j’ai choisi d’exprimer le droit à oser dire « non ».

Je voulais que ce personnage féminin puisse s’octroyer la possibilité de se libérer du carcan imposé par son sexe.

La marelle est un jeu ancien auquel jouent les enfants de toutes les générations. Il se pratique dans tous les pays du monde. En somme, il est un jeu universel, qui s’affranchit des âges et des frontières. Car ce que vit Marelle n’est pas un cas particulier. Marelle c’est toi, Marelle c’est moi, Marelle c’est elle. 8 cases séparent la Terre du ciel. Le lui du elle.

Nous apprenons à nos enfants à respecter les règles, à être sage, à bien se conduire dans la société. Mais leur dit-on que quand la loi n’est pas juste, on peut désobéir, on doit désobéir ?!

Dire aux enfants que dans un monde qui tourne de plus en plus en rond, qu’on peut tourner en carré, tout en marchant sur la lune ? Peut-on dire cela à nos enfants ? Peut-on éduquer un enfant à la désobéissance civile?

 

 

 

Une Scénographie « THÉATRE-CIRQUE »

La scénographie, reposera sur la présence d’une comédienne circassienne, qui interprètera la jeune fille, grimpant à des tissus, des lianes, des trapèzes, des branches, selon la version (En salle/ En extérieur)…

Une structure portante servira d’architecture au décor, cette même structure qui supportera les contraintes des agrès.
Au sein de la structure, une toile sera destinée à la projection d’éléments en ombre chinoise.

Le spectacle jouera également sur des jeux de lumière et la musique composée par Pierre Bernon, tantôt cordes tantôt percussions nous invitera à la rêverie et au voyage.

 

 

DOSSIER COMPLET :