Boutik

2017-03-02 (1)

Création 2017

 

Texte: Sarah Fourage

Mise en scène: Valeria Emanuele                     Comédien: en cours

Musique : Dimoné Terrieu                                   Technique: Gaby Bosc

 

Un personnage seul en scène. Seul. Ordinateurs éparpillés en peu partout. Boîtes de pizza vides. Coca-Cola. Pots de Nutella. Il est de dos. Il joue à un jeu vidéo.

Sur le mur une porte, vert fluo, virtuelle. Porte de sortie ? Porte d’entrée ? Beaucoup de paroles, beaucoup de solitude. Amis virtuels. Copines virtuelles. Victime ? Et petit à petit le virtuel se concrétise sur l’écran par un trait qui prend forme peu à peu. L’échange se crée à travers l’imaginaire. Le virtuel se « virtualise » et cette forme naissance vit et se nourrit de l’imagination du personnage. Le personnage dialogue avec ses rêve et son double jusqu’à se laisser aller. A qui ? A quoi ? Au désespoir ? Aux rêves les plus morbides ? Le virtuel a colonisé le réel et plante ses campements. Au fur et à mesure que l’histoire avance, l’imaginaire prend de plus en plus place dans le réel et la victime se fait bourreau tout en restant victime. Il n’y a pas de jugement donc pas de coupable.