La jalousie du Barbouillé

Farces de Molière
Mise en scène de Mehdi Benabdelouhab

Création : Mars 2013

Durée : 50 mn – Jauge : jusqu’à 450 personnes

C’est à travers un monde étrange, sans couleurs, aux accents burlesques que masques et marionnettes se joueront de la nature humaine. Ils leur fallait un auteur à la hauteur de leurs espérances, un peintre de l’âme humaine, un observateur ….. C’est décidé ils s’approprient Molière. A eux de le dépoussiérer, de le sortir du musée car derrière chaque farce se cache une vérité bonne à rire.

Une galerie de personnages sans tabou ni limite joues la fameuse farces de Molière « La jalousie du barbouillé. Entre poésie et burlesque, drame et émotion, ils entraîneront les spectateurs à travers leur monde, celui du masque, de la bouffonnerie où la difformité de l’âme épouse celle du corps.

Ces personnages habitent plutôt dans un territoire que dans des maisons; ils sont au bout, au bout de leurs passions, émotions, au bout de leur vie. Ils représentent la difformité de l’âme humaine avec ses contradictions et ses peurs.

Cette farce est tirée d’un conte de Boccaccio, « le Jaloux corrigé » sans doute par l’intermédiaire d’un canevas italien. Les personnages sont stéréotypés avec un mari jaloux et bien évidement cocu. Sa femme Angélique est beaucoup plus jeune, douée de malice et d’effronterie, ayant pour amant le jeune Valère. C’est dans ce climat conjugal tendu qu’intervient le médecin, pédant ridicule, (type classique de la comédie chez Molière) afin de pacifier ce couple. Gorgibus le père de Angélique essaie par le discours d’accorder les mariés, mais rien n’y fait. On retrouvera le même thème mais de façon plus approfondie, tant au niveau de l’écriture que dans l’intrigue, dans Georges Dandin.

Dates de tournée

A venir…

Distribution

  • Mise en scène : Mehdi Benabdelouhab
  • Régie son et lumière : Gabriel Bosc
  • Masques : Brina Babini
  • Avec : Mehdi Benabdelouhab, Valeria Emanuele, Facundo Melillo, Ana Melillo